cattibrie.com

Forum sur Drizzt et les royaumes Oubliés (ROs)
 
Nous sommes actuellement le Jeu 27 Nov 2014, 23:45

Heures au format UTC + 1 heure  


Règles du forum


Petit rappel du réglement :

Tous messages postés sur les forums le sont sous licence Creative Common by nc nd (Paternité - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification), sauf indiquation contraire claire.

Pour plus de détail allez consulter le réglement



Rédiger un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 17 messages ]  Aller à la page Précédent  1, 2
 
Auteur Message
 
 Sujet du message: Re: Le cauchemar devient réalité
MessagePublié: Jeu 1 Mai 2008, 19:50 
Hors-ligne

Inscrit le : Lun 7 Avr 2008, 01:43
Messages : 33
Le cauchemar devient réalité
David Pontier

Titre original (The Reality of Fear), traduit de l’américain par Dr Brains




Chapitre 2
Un accueil "chaleureux"

4ème partie

Drizzt se trouvait au fond d'une auberge miteuse dans la section nord de Garrilport, sirotant le vin le plus fin de l'établissement. Du moins ils avaient dit que c'était leur vin le plus fin. Drizzt aimait visiter les auberges de Menzoberranzan. Ce n'était pas une chose commune pour un noble mâle d'une maison de rang élevé de visiter sans protection les quartiers pauvres de la ville drow, mais Drizzt ne s'en souciait pas. Personne ne l'attaquerait jamais. C'était suicidaire. Il était plus sage d’attaquer la maison Do'Urden toute entière que de défier Drizzt tout seul.
Drizzt s’était imaginé qu'il devrait en passer par quelques combats avant que les drows ambitieux de la ville apprennent à le laisser tranquille, mais il n'avait même pas eu besoin de cela. Drizzt était une légende vivante, ou au moins il l’était à Menzoberranzan, et personne n'avait osé l’affronter. Il y avait trois ou quatre auberges qu'il aimait visiter régulièrement, et elles lui donnaient un traitement de faveur. Chacune de ces auberges avait du vin pour Drizzt - et peut-être pour Lloth elle-même si jamais elle avait voulu les visiter - ensuite ils avaient du vin pour tous les autres. Drizzt n’avait jamais eu à payer ses boissons.
Si quelqu’un avait mis devant lui ce qu'il buvait maintenant, des têtes auraient littéralement roulé. Drizzt se retint ici, pourtant, et sirota nonchalament sa boisson. Il ne pouvait pas attendre de ces êtres humains qu’ils sachent il qui était… pas encore. La pauvre qualité de la boisson rappela le besoin de prudence à Drizzt. Il n'avait plus ses boucles d'oreille d'or, qui non seulement protègaient son esprit des attaques psionique ou des intrusions magiques, mais aussi des effets de d'ivresse, quel que soit ce qu’il boive. Cependant, s’enivrer avec ce vin lui demanderait un effort de volonté qu’il n'avait pas.
Ses boucles d'oreille manquantes étaient seulement un dérangement mineur. Sans ses autres articles magiques, il se sentait nu et exposé. Si cet Artemis Entreri le voulait pour quelque chose, pourquoi ne pas l'appeler avec tout son matériel? Bien sûr, bien que Drizzt se sente nu, il se rendit compte qu'au moment où il avait été transporté hors de la chambre de Dianka, il avait été réellement nu. Il devrait être reconnaissant pour les vêtements et le matériel qu'il avait.
Il avait erré jusqu'à ce qu'il fût venu à cette section de la ville. C'était la section qui ne dormait jamais. Il n'avait jamais été dans une colonie humaine auparavant, mais avec l'aide de l'orbe qu’il avait prise au sorcier mort, il fut capable de lire les signes au-dessus de chaque bâtiment et de trouver un hôtel. Il avait de l'argent sur lui, mais l'hôtelier avait refusé de lui donner une chambre. Donc Drizzt l'avait tué et avait passé la nuit gratuitement.
Il s'était aussi rendu compte hier soir que ce n'était pas son corps. Pas exactement en tout cas. Sa chambre avait un miroir, et il fut capable de voir que c’était lui, mais une version pervertie de lui. Il était plus petit, mais plus rapide et plus souple. C'était important car excepté les bracelets, il n'avait rien pour améliorer son agilité. Il n'avait aucune idée de la raison pour laquelle il avait encore les bracelets, mais il était heureux de les avoir. Tout de cette nouvelle identité dont il avait hérité paraissait être adapté pour la surface.
Aucune de ses armes n’était de facture drow. Ils étaient tous les deux de fins cimeterres, et le bleu était meilleur que n’importe laquelle de ses anciennes armes, mais ils étaient sans aucun doute conçus pour la surface. Il n'avait pas de piwafwi, et même les mâles les plus bas des maisons les plus basses de Menzoberranzan avaient cela. Ils pouvaient ne pas être magiques, mais au moins ils en avaient. Drizzt avait aussi remarqué qu'il n'avait plus la capacité de léviter. Il ne savait pas si c'était à cause d'exposition prolongée aux lumières de la surface, ou parce qu'il n'avait plus son emblème Do'Urden.
Il y avait aussi la lumière. Les bougies dans le magasin magique avaient fait sursauter Drizzt parce cela faisait longtemps qu'il n’avait pas utilisé de lumière naturelle. Une fois qu'il avait basculé sa vision vers le spectre normal, il avait été étonné par la douceur de la lumière. Même la lumière du soleil à l'extérieur ce matin, pourtant plus clair que tout ce qu’il pouvait se souvenir, n'avait pas piqué ses yeux comme elle aurait du. Cette version de lui était depuis longtemps à la surface.
S'il y avait une version de lui qui vivait dans cette réalité, Drizzt se demandait pourquoi elle n'était pas assez bonne pour cet Artemis Entreri. Evidemment, le Drizzt de Menzoberranzan était mieux équipé pour faire toute tâche imaginable que cette version de lui insuffisamment équipée, mais c'était seulement à cause de sa condition physique. Il semblait que la seule chose de lui qui était resté inchangée était sa mémoire et son intellect. Est-ce que cette version de lui était mentalement inepte? Il avait laissé l'Ombre-Terre évidemment, donc il devait y avoir quelque chose qui n’allait pas chez lui.
Zaknafein avait souvent parlé de la surface avec envie, mais son père avait été un idiot. Sa seule ambition était de tuer des prêtresses. Il était bon à cela, mais il n'avait jamais cherché à en récolter les avantages potentiels. Ses démêlés constants avec Matrone Malice et ses réticences à embrasser les chemins de son peuple avaient considérablement affaibli la Maison Do'Urden. Drizzt avait aprécié de pouvoir le tuer. Après cela, sa montée vers le pouvoir fut rapide et sans obstacle.
Drizzt sourit. Si seulement ce Drizzt savait ce qu'il avait laissé en allant à la surface. Il fit une pause. S'il avait été envoyé ici, cela voulait-t-il dire que cette version avait pris sa place à Menzoberranzan? Est-ce qu'il ruinerait sa position dans la ville? Il devait trouver Artemis rapidement. Mais où était il?
Artemis devait être quelqu'un important dans la ville pour avoir besoin de lui. Drizzt commencerait par regarder les plus grandes maisons, qu’il avait vu près du centre de la ville. Après sa rencontre avec l'hôtelier, il avait gardé son identité dissimulée par son capuchon. Il y avait des gants minces dans les poches de son manteau et il était ainsi capable de garder toute sa peau couverte. Il avait le sentiment que s'il était découvert, il pourrait trouver Artemis un peu plus rapidement.
Les rues de la section nord de Garrilport étaient encombrées et bruyantes. L'odeur dans cette partie de la ville était très désagréable. Avec les rues aussi bondées, Drizzt avait une bonne vue tandis qu’il descendait la rue avec son capuchon baissé. Il y avait un grand bâtiment fortifié dans le centre de la ville. Des gardes l'entouraient. Drizzt décida de commencer ses recherches par là.
Quelques gardes le remarquèrent immédiatement, et ils se déplacèrent pour l’intercepter, armes sorties. Drizzt décida de garder ses armes dans leurs fourreaux, mais il fouilla dans sa poche pour s'assurer que son orbe était activé. "Êtes-vous Drizzt?" demanda un d'eux.
Drizzt sourit. Cela allait être facile. "Bon, vous m'attendez. S'il vous plaît, emmenez-moi voir Artemis."
Les hommes se regardèrent singulièrement. Quelques-uns n'aimaient pas l'assassin et avaient déjà dans l’idée qu'il pouvait ne pas être aussi inoffensif que ce que leur capitaine assurait. Si ce tueur avait un rapport avec Entreri, ce serait intéressant d'entendre son explication. "Nous avons pour directives de vous emmener à notre capitaine", dit le porte-parole du groupe.
"Très bien", accorda-t-il avec un sourire, "emmenez-moi à votre chef."
Deux des hommes rengainèrent leurs épées et s’approchèrent de Drizzt. "Vos armes?" demandèrent-ils.
Drizzt se mit à rire. "Vous voulez que je vous donne mes armes?" demanda-t-il. "Je ne pense pas."
"Nous ne bougerons pas d’ici avant que vous nous ayez donné vos armes", dit fermement le porte-parole.
Drizzt haussa les épaules. "Qu’il en soit ainsi. " Ses armes bondirent dans ses mains, et il tua les deux gardes qui étaient à côté de lui. Son cimeterre bleu était assez puissant pour pénétrer directement à travers l’armure bon marché du garde à droite de Drizzt, mais il envoya la deuxième arme à la recherche du cou de l'autre homme.
Les gardes restants chargèrent. Drizzt contra facilement les deux premières attaques et se laissa tomber pour esquiver sous les deux suivantes. Il frappa deux paires de jambes, puis bougea avec une vitesse que les gardes ne purent pas suivre. Deux des quatre gardes tombèrent au sol en hurlant de douleur, tenant leurs jambes lacérées, pendant que les deux autres se retournaient pour chercher cet elfe rapide comme l’éclair.
Ils le trouvèrent quand une douleur les brûla dans le haut du dos. Ils laissairent tomber leurs armes, et Drizzt tira des marques sanglants dans leurs cous. Il marcha alors légèrement vers les deux hommes qui étaient tombé et apaisa leurs cris lassants. Il remit ses cimeterres dans leurs fourreaux et regarda son travail. "Maintenant", dit-il aux six hommes morts, "ne revenez pas sur votre promesse. Je ne veux pas vous voir bouger de cet endroit après que je sois parti."
D’un pas sautillant, il continua vers le corps-de-garde. Les rares témoins de l'action ne traînèrent pas assez longtemps pour voir ce que Drizzt allait faire ensuite. La porte du bâtiment de quatre étages n'était plus gardée et Drizzt entra. L'entrée était vide, mais dans la pièce suivante se tenaient plusieurs gardes qui gardaient la salle d'arme. Drizzt n'attira pas leur attention et continua, assez sûr de l’endroit où il trouverait le capitaine.
Drizzt ne rencontra aucune résistance sur son chemin à l’étage supérieur. Quelques hommes le virent et l’appelèrent, mais Drizzt les ignora et continua son ascension. John était à l’étage supérieur, attendant des nouvelles sur la recherche de cet assassin drow. Il ne s’attendait pas que des nouvelles arrivent sous la forme du drow lui-même.
Drizzt entra dans la pièce, et John se releva soudainement de sa chaise, à côté de la table principale. Derrière Drizzt, plusieurs gardes apparurent, en haletant et en soufflant de devoir chasser l'elfe anormalement rapide. John crut que les hommes derrière Drizzt étaient une escorte. "Pourquoi est-ce que cet homme, euh, ce drow est encore armé?"
Avant que les hommes derrière lui puissent répondre, Drizzt parla ouvertement. "S'il vous plaît, Capitaine", commença-il, devinant l'identité de John, "ne punissez pas vos hommes. Ils ont fait comme ont leur avait dit, mais j'ai pris leur deuxième option dans laquelle je gardais mes armes et ils restaient dehors."
Un des gardes qui étaient avec John dans la pièce se déplaça vers une fenêtre. "Capitaine, nous avons six gardes à terre dans la rue."
"A terre ?" demanda John.
"Définitivement", répondit le garde. Le sang était très visible, même de cette distance.
Dès que les gardes entendirent que ce drow en avaient tué quelques-uns, ils tirèrent leurs armes. "Stop!" dit John. Il pouvait facilement deviner que même si à dix contre un ils surpassaient ce drow, si ils avaient attaqué, il y aurait juste eu plus de gardes morts.
Drizzt avait pensé la même chose. "Un choix intelligent, Capitaine", le félicita-t-il.
"Qui êtes vous êtes?" demanda John, essayant de garder le contrôle de la situation.
Drizzt se redressa de toute sa hauteur, ce qui faisait encore de lui le plus petit dans la pièce d’au moins cinq pouces, et répondit à la question. "Je suis Drizzt Do'Urden de Daermon N'a'shezbaernon, Maison Do'Urden, sixième Maison de Menzoberranzan, une ville où j'aimerais beaucoup revenir. Aussi, à moins que nous n’ayons d’autre affaires à régler ensemble, j’aimerais que vous m'emmeniez à Artemis."
"Vous connaissez Artemis Entreri?" John n'aimait pas ce que cela augurait pour son "ami."
"Je ne l'ai jamais rencontré réellement, mais j’en meurs d’envie, figurativement bien sûr. Savez-vous où il est?"
John fit un signe de la tête. "Pourquoi est-ce que vous voulez le voir?"
"On m’a dit qu’il était la raison de ma présence ici. J'espère qu'il aura les moyens de me renvoyer chez moi."
"Qui vous a dit cela?" demanda John.
"Je crois qu'il a dit que son nom était Kraygan. Il a dit qu'il m'avait appelé pour Artemis Entreri. Je suppose qu'il a quelque tâche qu’il veut que j'exécute. Quel que soit le cas, Artemis ferait mieux de ne pas m'avoir appelé sans une solution pour me renvoyer."
John secoua sa tête. Il ne s'ennuya pas à demander si Drizzt avait tué le sorcier. Avec les gardes morts dehors, ce n'était pas comme si John avait besoin d'un autre meurtre pour appréhender le drow. "Artemis ne vous a pas fait appeler. Je l'ai fait."
"Vous l’avez fait?" dit Drizzt, effrayé par cette révélation. Il marcha rapidement vers le capitaine. Ce n'était pas un geste sage avec tous les hommes de John autour. Bien sûr, Drizzt attaquer serait encore moins sage.
Quatre hommes vinrent par derrière, faisant beaucoup trop de bruit pour que Drizzt puissent les manquer. Les drow arrêta son approche vers le capitaine, se laissa tomber accroupi et s’élança vers eux. Ses lames allèrent à la recherche des aines des gardes. Les deux premiers s’arrêtèrent net et sautèrent en arrière, rentrant dans les deux gardes derrière eux. Drizzt bondit et les désarma habilement tous les quatre.
Le drow se retourna et se laissa tomber dans un roulade avant tandis que deux traits d'arbalète volaient vers sa tête. Les carreaux se fichèrent dans le côté d'un des gardes déjà blessés. D'une façon ou d'une autre, Drizzt avait rengainé ses épées pendant sa roulade et s’était rétabli sur un genou avec un poignard dans chaque main. Les deux arbalétriers se trouvaient de chaque côtés de John, et Drizzt fit mouche avec les deux poignards. Chacun se planta dans les boyaux d'un des tireurs d'élite, les empêchant efficacement de tirer un autre coup.
Plus d'hommes vinrent vers le drow, mais John cria. "Arrêtez, tout le monde arrête! S’il vous plait!" Ce dernier mot était plus directement adressé à Drizzt. "S'il vous plaît arrêtez", continua-il. Il semblait que tous ses hommes devrait survivre à leurs blessures, mais cela avait indubitablement été l'intention de cet assassin. "S'il vous plaît, tout cela était une grosse erreur."
C'était la mauvaise chose à dire. Drizzt se releva, son cimeterre bleu luisant furieusement dans sa main. "Une erreur?" répéta-il. "C'est ce que Kraygan a dit à juste avant que je lui coupe la gorge. Je n'aime pas les erreurs, surtout quand elles m'envoient m’échouer sur la surface abandonnée par Lloth, si loin de chez moi. Je n'aime pas les erreurs, et je n'aime pas les les gens qui les font. Je vous demanderais bien de réparer l'erreur et de me renvoyer chez moi, mais j'ai le sentiment que vous n'aurez pas la réponse que je veux, et je serai forcé de vous tuer. Pour vous donner une meilleure chance de survie, je reviendrai à la tombée de la nuit. D'ici là vous aurez obtenu des informations pour mon retour, ou je tuerai tout le monde dans cette ville. Est-ce que c’est compris?"
John ne put rien faire d’autre qu’un signe de tête affirmatif. "Bien", dit Drizzt. Il se retourna et quitta la place, et personne n'essaya de l'empêcher de partir. John et ses hommes s’occupèrent rapidement des blessés. Ils gardaient une bonne provision de matériel médical dans le corps-de-garde et bientôt toutes les blessures furent traitées et pansées.
"Qu'allons-nous faire?" demanda un des hommes à John.
"Je vais parler à Artemis", répondit-il. "Si quelqu’un sait comment négocier avec ce Drizzt Do'Urden, ça ne peut être que lui." John aurait souhaité pouvoir parler avec plus de confiance.


Haut
 Consulter le profil  
 
 
 Sujet du message: Re: Le cauchemar devient réalité
MessagePublié: Jeu 1 Mai 2008, 19:57 
Hors-ligne

Inscrit le : Lun 7 Avr 2008, 01:43
Messages : 33
FIN DU 2EME CHAPITRE

Que va-t-il se passer ensuite pour nos héros ?

"Bad" Drizzt et Entreri vont-ils se rencontrer ?
Cattie-Brie et Wulfgar trouveront-ils de l'aide à Silverymoon ?
Vers qui "Good" Drizzt pourrait-il se tourner pour se sortir de sa situation ?

Vous en saurez plus en lisant le chapitre 3 : Confrontations

Disponible dans 3 semaines (si tout va bien). Patience, les filles !
EDIT 25/05 : bon, du coup, ça va être plus long car j'avais arrêté de traduire, suite aux soucis sur le droit d'auteur.
Alors à partir de maintenant, c'est dans trois semaines.


Haut
 Consulter le profil  
 
 
 Sujet du message: Re: Le cauchemar devient réalité
MessagePublié: Sam 7 Juin 2008, 19:52 
Hors-ligne

Inscrit le : Lun 7 Avr 2008, 01:43
Messages : 33
Chapitre 3
Confrontations

Première partie


Matrone Triel Baenre regardait son frère avec mépris.
Triel était la mère matrone de la maison Baenre depuis un peu plus de trois décennies, et son règne n'était pas un règne prospère. Quand elle avait été élevée au sommet de sa maison, tous ses frères et soeurs avait cessé d'être des nobles. Si Triel s'était vraiment souciée de la force de sa maison, elle aurait permis à ses soeurs de garder leur titre et de continuer dans leurs responsabilités dans la maison. Au lieu de cela, sa fierté l’avait incité à prendre ses propres filles à leurs places. Elle avait seulement trois filles, et deux fils, mais elle était déterminée à prouver qu'ils étaient aussi puissants que les nobles ils ont remplacé. Ils ne l'étaient pas.
Une fois hautes prêtresses, elles restaient hautes prêtresses, donc la plupart des soeurs de Triel avaient conservé leurs pouvoirs individuels, mais ces pouvoirs n'étaient plus dirigés à maintenir le statut et la force de la maison. A la place, toutes les soeurs intriguaient pour chasser leur plus vieille parente du pouvoir.
Triel comprenait les chemins de Lloth et comment s'occuper de ses soeurs et de ses filles, mais elle ne comprenait pas du tout les mâles. Elle avait souhaité pour un de ses fils qui avaient tout deux bien réussi à l'Académie, qu’il soit maître d'arme, mais elle savait que Berg'inyon était meilleur. Cependant, il était seulement le deuxième meilleur maître de l'arme dans la ville. L'un ou l'autre de ses fils pourrait faire cela. Si Berg'inyon n'était pas premier, il aurait aussi bien pu être cinquantième pour Triel.
"Relève-toi", dit-elle.
Berg'inyon fit comme elle lui dit, évitant respectueusement de regarder sa sœur en face. Il savait que sa place était en danger. Le reste de ses soeurs avait été rétrogradé, et il s’attendait à la même chose, mais la place de maître de l'arme, qu'il avait usurpée après le décès de Dantrag, était encore sienne.
"Savez-vous pourquoi je vous ai appelé ici ?" demanda-t-elle.
"Non, Matrone", répondit-t-il.
"Je ne suis pas satisfaite de votre performance", dit-elle brusquement. "Je souhaite plus."
"Mes étudiants dominent l'Académie aussi bien que ceux de Dantrag l’ont fait", répondit Berg'inyon. Ce n'était pas exactement vrai. Les Do'Urden dominait maintenant l'Académie, mais il doutait que sa soeur se soit tenue au courant de telles choses.
"Et je n'étais pas non plus satisfaite de la performance de notre défunt frère", dit Triel. "Je suis la matrone la plus puissante de la ville", vanta-t-elle se. Berg'inyon pouvait penser à trois mères de famille qu'il considérait plus puissantes. Il pensait même que quelques-unes de ses soeurs étaient supérieures à elle. "Gromph est encore le mage le plus puissant de la ville", continua-t-elle. Berg'inyon était d'accord avec cela. "Mais tu n’es pas le maître d'arme le plus puissant de la ville, n’est ce pas ?"
"Non, je ne le suis pas." Depuis sa deuxième année à l'Académie, il avait été honnête avec lui-même. Il ne laisserait pas sa folle fierté le consommer comme Dantrag.
"Pensez-vous que c'est acceptable aux yeux de Lloth ?" demanda Triel, d’une voix pleine de venin. "Elle attend le meilleur de la première maison. Votre performance a chuté."
"La vie d'un mâle n'est pas destinée à plaire à Lloth", dit-il, après avoir beaucoup réfléchi à ce qu'il devrait dire. "Un mâle sert sa maison afin qu'elle puisse apporter la gloire à Lloth. Même si je ne peux pas être le meilleur maître de l'arme dans la ville, j'ai gardé nos forces de combat assez capables pour repousser toute attaque et notre place de premier dans la ville être sûre."
"Elle l’est ?" demanda Triel. En dépit de toute évidence, elle pensait réellement que c'était le cas. Berg'inyon n'en était pas vraiment convaincu. Il resta silencieux. "Je veux que vous tuiez le maître d'arme de la Maison Do'Urden", dit-elle.
"Non", répondit Berg'inyon. Il ne se souciait pas ce qui pouvait lui arriver.
"Non ?! Comment oser-vous me désobéir !" Son fouet fut dehors très rapidement.
Berg'inyon releva son visage pour la regarder directement. "Non, je ne peux pas le tuer. Essayer serait fou. Si vous souhaitez me rétrograder, alors faites donc. Ne tuez pas le guerrier le plus fort de cette maison, nous rendant plus faibles au moment où nous devons garder nos forces."
Triel fulminait. Son fouet s’animait avec sa colère, ses multiples têtes claquant dans la direction de Berg'inyon avec une anticipation passionnée, mais elle les retint. Trop de ce que Berg'inyon avait dit était vrai. "Dehors !" réprimanda-t-elle avec véhémence. "Je vous veux hors de ma maison. Je ne veux plus jamais voir votre visage dans cette maison à moins que vous rapportiez la tête de Drizzt Do'Urden."
Berg'inyon courba sa tête et partit. Il se représentait la sommation de sa soeur comme étant d'une façon ou d'une autre une sentence de mort. Être jeté dehors dans les rues de Menzoberranzan sans la protection d'une maison était la plus clémente sentence de mort qu’il aurait pu espérer. Lorsqu’il franchit la porte frontale du complexe Baenre, il ne regarda pas en arrière.


Haut
 Consulter le profil  
 
 
 Sujet du message: Re: Le cauchemar devient réalité
MessagePublié: Sam 7 Juin 2008, 19:54 
Hors-ligne

Inscrit le : Lun 7 Avr 2008, 01:43
Messages : 33
Chapitre 3
Confrontations

Deuxième partie


Entreri se trouvait dans son humble demeure, à attendre. Il savait que les hommes de John auraient quelques petits problèmes s’ils trouvaient Drizzt et qu'il était encore en ville. Et si Drizzt était devenu un tueur lorsqu’il avait été ressuscité, alors Entreri le saurait d’une façon ou un autre. Pendant les quelques heures qu'il avait avant que tout l'enfer se déchaîne, Entreri essaya de réfléchir à cette question.
Il n'aimait pas la magie. Il pensait que les énergies magiques en ce monde étaient trop puissantes pour que les êtres humains les comprennent. Leurs vies courtes et leurs buts ambitieux leur font tant prendre de raccourcis qu'Entreri était surpris que des situations telles que celle-là ne se produise pas plus souvent. Cependant, il savait que la magie avait ses usages, et pendant que la plupart les mages ineptes n'obtenaient pas ce qu'ils voulaient, la magie faisait toujours ce qu’elle était supposée faire. Cela voulait dire que bien que Kraygan n'avait pas obtenu ce qu'il attendait, si le charme avait été conçu pour produire la plus mauvaise peur d'Entreri, alors Drizzt était cette peur.
Qu'est-ce que cela voulait dire ? Cela n’avait aucun sens si ce Drizzt ressuscité était de la même mentalité de celui qu'il avait tué. Il avait respecté Drizzt, mais il ne l'avait pas craint. Entreri avait été forcé d’admettre beaucoup de choses au sujet des erreurs qu’il avait fait dans sa vie, mais aussi profondément qu'il cherche et aussi honnête qu'il était avec lui-même, il ne pouvait pas trouver la moindre peur de Drizzt Do'Urden.
Entreri pouvait seulement se souvenir d’une fois où il avait eu peur. Il était resté avec Jarlaxle à Menzoberranzan pendant plusieurs mois après que le mercenaire drow lui eût sauvé la vie. Pendant ce temps, il avait vu ce qu’une ville pleine d'assassins comme lui était. Ce n'était pas qu'ils étaient tous plus habile qu'il n’était. Il avait combattu plusieurs drow, y compris une mère matrone, et ils avaient tous succombé à ses lames. Ils n’étaient pas plus intelligents ou plus habiles. Cependant, ils étaient impitoyables, si ce n’est plus. Chaque drow avait des ambitions de grandeur et la seule voie qui s’ouvrait à eux était de tout tuer sur leur chemin. Dans la ville où tous servaient la déesse de chaos, il n'y avait aucun ordre et il n'y avait aucune loi.
Entreri ne s’était jamais soucié des lois de la surface dans qui il vivait, mais ce n'était pas parce qu'il les détestait, mais parce qu'il pensait qu'elles étaient inefficaces pour sa façon de vivre. Entreri s’occupait des problèmes que la loi ne pouvait pas résoudre. S'il était envoyé pour tuer quelqu'un, cette personne avait fait quelque chose pour le mériter. Au lieu d'entrer en guerre avec une autre organisation, Entreri réglait le problème avec plus de précision. Parmi les guildes de voleurs de Calimport, il avait été la loi. Il avait été celui qui maintenait l’ordre dans la ville.
A la surface, les gens n'étaient pas moins ambitieux qu’en Ombreterre, mais au moins, il y avait des lois et des règles à suivre. Cela voulait dire que vous deviez gagner votre richesse et votre proéminence à travers des moyens honorables. Et une fois qu’on l’avait fait, ces mêmes lois vous protégeaient de ceux qui souhaitaient vous les prendre. À cause de cet ordre, les gens pouvaient vivre dans un confort relatif. Tant que vous n'avez rien fait mal, vous n'aviez aucune raison de vivre dans la peur. Entreri avait rarement tué des innocents.
On pourrait dire qu’à Menzoberranzan, il n'y avait pas d'innocents. Peut-être, mais c'était le résultat du système, pas sa cause. Entreri vivait par un code. Il vivait par la loi. C’était peut-être sa propre loi personnelle, mais c'était mieux que rien. Ce qui l'effrayait, c’était le chaos. Un tueur sans code ou sans honneur. Quelqu'un qui tuerait sans raison et serait impossible à prédire. C'étaient les ingrédients pour inculquer la peur chez Entreri. Il y avait une chose supplémentaire qui était nécessaire pourtant : la compétence.
Il y avait eu beaucoup d'assassins ambitieux à Calimport qui avait essayé de voler la place d'Entreri. Ils n'avaient aucun honneur ou code. Ils tuaient pour le plaisir et l’amusement. Entreri n'avait pas été plus effrayé par ces tueurs qu'il n’était effrayé par Régis. Ils étaient peut-être plus habile qu'un paysan moyen, mais ils n'avaient aucune véritable capacité, et Entreri les avait tués facilement.
Si ce Drizzt ressuscité était comme son peuple, Entreri avait quelque chose à craindre. Pas seulement Entreri, mais cette ville entière serait à la merci du drow. Les gardes le trouveraient. Ils mourraient. John viendrait l’appeler. Entreri devait seulement attendre.
Le martèlement sur sa nouvelle porte ne pouvait venir que d’une personne. Entreri se leva de sa chaise et ouvrit. John entra sans un bonjour. "Dites-moi que vous pouvez vous occuper de cette situation. Dites-moi que vous pouvez tuer cette vile créature."
Entreri regarda le capitaine entrer et faire nerveusement les cent pas dans sa petite maison en lançant ses questions. "Je suppose que vous l’avez trouvé", dit Entreri en fermant la porte. "Ou est-ce qu'il vous a trouvé ?"
"Il a tué rapidement six de mes hommes comme et aussi efficacement que vous pouvez tuer des gobelins", dit John. Il s’arrêta et regarda Entreri sérieusement. "Mais ce n'étaient pas des gobelins. Ils étaient tous des combattants entraînés. Ils pouvaient eux-mêmes tuer une douzaine de gobelins avec un petit effort. Ils étaient des êtres humains et il les a tués."
"Est-ce que vous avez obtenu son nom ?" demanda Entreri, voulant être certain avant de continuer.
"Vous aviez raison, c'est ce Drizzt dont vous avez parlé. Peau sombre, oreilles pointues, pas trop grand, membre de la sixième maison de Menzo-quelque chose."
Entreri se figea. "Quoi ? Quelle maison avez-vous dit ?"
John chercha dans sa mémoire les mots exacts. "Il s'est appelé Drizzt Do'Urden de Darm-quelque chose N'a'shez-quelque chose, Maison Do'Urden, sixième maison de Menzo-quelque chose."
"Menzoberranzan", compléta Entreri pour lui-même, ses genoux soudainement faibles. Il s'assit.
"Exactement", consentit John, "c'était ça. Vous le connaissez-, n’est ce pas ? Vous avez dit que vous l'aviez tué une fois, non ?"
"Oui et non", dit Entreri, réfléchissant aussi rapidement qu'il pouvait. "J'ai tué un elfe noir qui avait rejeté son peuple. Un elfe qui n’avait pas pu supporter les voies de son peuple et était parti pour mener une vie à la surface. Un elfe noir qui est devenu ranger et a servi Milieki. Un elfe noir qui ne voudrait tellement pas être associé avec son ancienne maison ou son ancienne ville que je le recruterais pour être un paladin.
"L'elfe qui a tué vos hommes n'est pas ce Drizzt. Il est un Drizzt qui n'a jamais laissé l'Ombreterre. Il est un tueur impitoyable qui a embrassé les façons de son peuple. Je ne sais pas d’où il est venu, ou pourquoi il a été personnifié dans le Drizzt que je connaissais", tandis que Entreri parlait, il touchait la figurine de licorne qu'il avait pris sur le lieu du crime. Ce n'était pas exactement une décoration standard à Menzoberranzan. "Tout ce qui importe, c’est qu'il est ici."
"Et il veut rentrer chez lui", dit John. "Il a insisté sur cela tout à fait clairement. Il a menacé la vie de mes hommes et tout le monde dans la ville si je n'avais pas arrangé de moyen pour le renvoyer chez lui ce soir. S'il vous plaît dites-moi vous pouvez accomplir cela."
Entreri réfléchit pendant quelques temps. Il pourrait ouvrir son portail magique loin au nord et transporter Drizzt à sa cave au trésor de Karenstoch. Entreri se rappela qu'Elliorn y était maintenant. Peut-être pourrait-il laisser Drizzt et sa amie ranger se battre. Entreri secoua la tête. Il savait qui gagnerait. Et Drizzt trouverait alors simplement une façon de revenir ici et le tuer. Alors Entreri vivrait dans la peur parce qu'il ne saurait jamais quand l'attaque viendrait. S'il s’occupait de ceci, il devait le faire ici et maintenant, pendant que le problème était devant lui.
"Le seul endroit où je peux l'envoyer c’est en enfer", dit Entreri. "Lequel est réellement plus agréable que Menzoberranzan, d’après ce que j'ai entendu."
"Est-ce que c'est votre réponse ?" demanda John. "Allez-vous le tuer ?"
Entreri entendit les mots cachés dans cette dernière question. Le capitaine avait eu l'intention de demander, "est-ce que vous allez être capable de le tuer ?" Le capitaine n'avait jamais encore vu l'assassin combattre. Il avait vu les résultats beaucoup de fois, mais il ne l'avait jamais vu en action. Il avait déjà vu brièvement Drizzt dans l'action dans son bureau, et il doutait que l’humain vieillissant qui était devant lui puisse l'égaler.
"Cela demandera plus d’ingéniosité et d’organisation que de tuer quelques gobelins, mais je le ferai", dit Entreri. "Il a dit que vous aviez jusqu'à tombée de la nuit ?" clarifia Entreri. C'était maintenant midi. John fit un signe de la tête. "Alors je vous rejoindrai ce soir devant la maison des gardes. Maintenant, je dois me préparer."
Entreri regarda le capitaine singulièrement, pensant qu’il avait rendu assez clair qu'il souhaitait que John s’en aille. Le capitaine compris finalement le message et partit. Il fit une pause à la porte, se demandant s'il devrait insister sur la dangerosité de ce drow ou sur le nombre de vies qui étaient en jeu, mais il laissa tomber. Entreri savait ce qu'il faisait. Il espérait.
Entreri ferma la porte derrière le capitaine puis a ouvrit rapidement son portail en ivoire dans sa cave au trésor. Il avait pris beaucoup de livres de la guilde pour laquelle il avait brièvement travaillé à Karenstoch, et même si la plupart d'eux était étiquetés comme mythes et contes de fées, Entreri savait qu'ils disaient la vérité. Maintenant il devait faire un peu de recherche pour voir s'il y avait quelque façon de gagner la confiance de Drizzt assez longtemps pour le tuer. Il ne voulait pas le combattre à la loyale.


Haut
 Consulter le profil  
 
 
 Sujet du message: Re: Le cauchemar devient réalité
MessagePublié: Sam 7 Juin 2008, 19:55 
Hors-ligne

Inscrit le : Lun 7 Avr 2008, 01:43
Messages : 33
Chapitre 3
Confrontations

Troisème partie


Drizzt était encore allongé sur son lit quand un coup retentit à la porte. Il se prépara et dit un mot qui libéra la serrure magique de la porte. Une prêtresse entra. Elle était magnifique. Son visage ressemblait à de la soie, ses traits royalement encadrés dans la bijouterie dorée d'une prêtresse. Drizzt n'avait jamais été un admirateur des robes sacrées portées par les servantes de Lloth, mais la sienne étreignait ses courbes, laissant deviner le corps incroyable qui était dessous. L'esprit de Drizzt réfléchit aux possibilités jusqu'à ce qu'il se rende compte qu'il regardait probablement sa nièce, bien qu'elle fût plus âgée qu'il n’était de facilement plusieurs décennies.
"Je ne me sens pas bien ce soir", dit Drizzt, sachant fort bien ce que cette femme voulait. Ou au moins il le pensait.
"Mais vous m'avez promis une nuit dehors", dit elle, avec une grande déception dans la voix.
Dehors ? Il réfléchit. Dehors où ?
La prêtresse prit la confusion pour un manque de mémoire. "Vous alliez me sortir ce soir. Hier soir nous étions ensemble, j'ai dit que je n'étais pas allée à l’extérieur du complexe depuis des années. Vous avez promis de remédier à cette situation. Je l'attendais avec impatience. Si vous vous sentez malade, peut-être que je peux vous aider."
Est-ce que Drizzt avait promis d’emmener cette femelle pour une nuit dans la ville ? Les nobles ne se promenaient pas dans les rues de Menzoberranzan. Cette ville était comme celles de la surface. Elle avait ses sections pauvres et ses restaurants sordides. Les maisons faibles peuplaient ceux-ci, et ils ne voulaient même pas être là. Les quelques établissements de divertissement de qualité étaient seulement visités par les maisons qui étaient à des siècles d'atteindre le pouvoir dans la ville. Les matrones intelligentes ne risqueraient pas les membres de leur maison avec les prédateurs qui parcouraient les rues. Si Drizzt s’était arrangé pour quitter la maison et avoir une récréation, il l'avait probablement fait avant. Ce pouvait être pédagogique.
"C'est seulement un léger mal de tête ", répondit-il, se levant du lit et lui lançant un sourire rusé. "Ce n'est rien que quelques heures avec toi ne puisse guérir."
Son visage s'éclaircit considérablement. Drizzt s'approcha d'elle, mit sa main sur sa taille et marcha rapidement autour d'elle, étreignant son corps svelte de ses bras forts. Son visage se pencha près de son épaule comme il dégageait ses cheveux loin de son cou. "Et comment est-ce que je devrais t’appeler ce soir ?" chuchota-il dans son oreille.
Le corps entier de la prêtresse frissonna sous son étreinte. "Ooohh", rit-elle bêtement. "Je ne pense pas que nous devrons jouer un rôle ce soir", elle a répondu. "Catrina, sera parfait."
Drizzt marcha rapidement loin d'elle. Elle se retourna pour le regarder. Il s’inclina légèrement et fit un signe vers sa porte ouverte. "Alors ce sera Catrina ", il a dit. "Nous y allons ?"
Elle sourit et passa rapidement devant lui, franchissant la porte. Drizzt tressaillit quand elle le dépassa, réprimant ses hormones aussi bien qu’il pouvait. Il allait devoir jouer cette affreuse comédie si cela devait arriver. Il voulait obtenir des informations ce soir, mais ce serait possible seulement s'il avait agissait comme le Drizzt de cette réalité était supposé le faire. Il ferma la porte de sa chambre et suivit.
Drizzt laissa Catrina ouvrir le chemin. Elle ne savait pas où elle allait, mais à chaque fois qu’elle demanda à Drizzt une suggestion, il feignit l'ignorance. Elle se moqua de lui et coopéra, mais Drizzt était vraiment ignorant. Les seules visites de la ville qu'il ait jamais faites étaient quand il avait été dans la patrouille de l'Académie. Ils avaient quitté la caverne principale à travers beaucoup de chemins latéraux différents et c'était alors nécessaire pour traverser la ville à plusieurs endroits.
Comme ils marchaient la rue, Drizzt pouvait sentir des centaines d’yeux sur eux. Catrina était habillée de façon provocante, mais Drizzt savait que cela allait au delà de ça. On ne pouvait pas voir dans l'infrarouge de toute manière. Ils étaient observés parce que tous les drows étaient observés. Les rues n'étaient pas sûres. Alors que Drizzt restait sur ses gardes, il remarqua que sa compagne paraissait très libre et ouverte. Elle aimait le temps passé loin de maison comme un enfant qui est autorisé à aller en ville avec son père pour la première fois.
Drizzt savait que ce n'était pas normal pour une prêtresse de Lloth. Elles n’étaient pas seulement toujours sérieuses, mais elles étaient toujours sur leurs gardes et ne descendraient jamais dans les rues dangereuses de Menzoberranzan sans un entourage et plusieurs protections magiques en place. Drizzt réfléchit à cela. Elle avait une protection : lui.
Plus Drizzt découvrait sa "nouvelle" maison, plus il était confondu. Ses soeurs le détestaient parce que sa mère le traitait comme le plus important de la maison. Les autres femmes paraissaient l'adorer. Les yeux de chaque femelle qu’il avait croisée entre sa chambre et la chambre d'audience de sa mère avaient été très révélateurs. Même la façon dont Dianka l'avait appelé maître montrait plus de respect que ce que Zaknafein n’avait jamais obtenu, aussi loin que Drizzt se souvienne.
A la façon dont toutes les femelles riaient bêtement et folâtraient autour de lui, il se sentait comme un pacha dans son propre harem. Il pouvait imaginer les histoires ils faisaient commerce entre eux et cela au sujet desquelles Catrina a dû être dit comme Drizzt s'assurerait que rien ne lui est arriverait. Mais il ne pourrait pas la protéger contre tout, n’est ce pas ? La seule façon d’être en sécurité était si tous les autres drows avaient retenu consciemment l'attaque. Mais pourquoi le voudraient-ils ?
Drizzt serait un trophée si il était tué. Il regarda chaque garde qu'ils dépassèrent regarder avec attention ce couple bizarre. Catrina était ouverte au monde, ne prenant aucune prudence pour baisser sa voix et aucun effort pour cacher son statut de prêtresse de la sixième maison. Puis il y avait Drizzt. Le maître d'arme vit les gardes de la maison jeter un rapide coup d’oeil vers lui puis se détendre. Ils baissèrent leurs arbalètes et laissèrent le couple passer.
Si Dantrag ou Uthengental ou tout autre drow important était passé devant le complexe Do'Urden ou un autre, les gardes auraient ouvert le feu, avec plaisir. Pourquoi est-ce que Drizzt avait été autorisé à passer si librement ? Drizzt pouvait se dire qu'il avait sur lui la protection magique contre les arbalètes simples, mais ces gardes ne pouvaient pas savoir cela. Il y avait seulement une chose qu'ils pouvaient penser : Et si ils l’avaient manqué ? Et si le premier coup ne l'avait pas tué ? Qu'est-ce qui se passerait alors ? Comment est-ce que vous tuez le diable ? Dans le dos ? Que se passe-t-il si vous manquez ?
L'établissement que Catrina choisit paraissait assez propre. Drizzt ne reconnut aucune des emblèmes de maison qu'il vit sur les nombreux drows dans la maison de jeu, mais ils reconnurent tous le sien. La foule s’écarta pour eux et après qu'ils soient passés, des chuchotements et des murmures suivirent. L'audition de Drizzt était assez fine pour les entendre, et la crainte et le respect qu’il entendait étaient étonnants. Il s'est attendu à entendre des gens qui parlent de lui en mal et comment ils le souhaitaient mort, mais au lieu de cela, c'était comme s'il était un roi et les drows autour de lui se sentait honoré d’être en sa présence.
Catrina ne remarqua rien de ce qui se passait autour d'eux. Au lieu de cela, elle continua son chemin vers le centre de la salle de jeu principale où les grands jeux avaient lieu. Elle avait apporté une modeste bourse de pièces avec elle et entra dans le premier jeu avant même que Drizzt puisse arriver à côté d'elle. Elle rassembla les dés et les lança. Sans surprise, elle ne gagna pas.
"Cinq est perdant", dit le croupier, ramassant rapidement ses pièces. "Vous voulez essayer. . ." sa voix s’éteignit comme il levait les yeux pour voir Drizzt debout derrière son nouveau joueur. Drizzt regarda comment le regard du croupier se posa Catrina, puis sur ses pièces, et ensuite sur Drizzt. C’était comme s'il attendait l'autorisation du maître d'arme pour prendre ses pièces. Drizzt fit un signe de la tête. "Vous voulez réessayer ?" demanda le croupier après avoir déglutit un gros morceau de salive.
"Je ne sais pas", dit Catrina en regardant dans sa bourse.
"Vas-y", lui dit Drizzt, sachant déjà ce que serait le résultat. "Mets-en cinquante sur trois."
"Mais", elle se tourna pour regarder son compagnon, "Plus on s’éloigne de sept, moins on a de chances de gagner."
Drizzt comprenait le jeu, mais il comprenait aussi que les lois de probabilité avaient très peu à voir avec ce qui se passait dans ce jeu. "Oui, mais plus on est proche de sept, plus le paiement final sera faible", répondit-il. Elle ne semblait pas convaincue. "Ayez confiance en moi", dit-il en lui lançant un sourire malicieux.
Catrina haussa les épaules et misa son argent sur le trois. Drizzt pouvait sentir le croupier au bord des nerfs tandis que Catrina ramassait les dés et les faisait rouler. Elle obtint un deux et un un. "Trois est gagnant", dit le croupier presque avant que les dés eussent terminé de rebondir.
Drizzt put sentir la magie au travail à travers les nombreuses pierres précieuses qu’il portait et sourit. Catrina ne remarqua rien, mais après qu'elle eût gagné deux fois de plus en pariant sur deux et dix, elle comprit que la chance avait peu à faire avec cela. Les autres drows à la table se rendirent bien compte de cela et commencèrent à parier suivant Catrina. Avant chaque lancer, l'opérateur regarda Drizzt et chaque fois le visage de Drizzt lui fit savoir que sa compagne ferait mieux de gagner.
Il comprit rapidement que cette facilité les amènerait à faire faillite volontiers, les escroquant d'une fortune si Drizzt le désirait. Après que Catrina eût quadruplé son argent, il l'escorta à une table sur le côté de la salle. Un serveur était avec eux avant même qu'ils se soient installés. "Bonsoir, Professeur Do'Urden", dit-il rapidement, faisant également un signe de tête à Catrina. S'adresser à un mâle avant une prêtresse de Lloth était inapproprié, mais Catrina ne répondit pas. "Nous avons notre meilleur vin au frais pour vous. Deux verres ?"
Drizzt fit un signe de la tête. "Ce sera parfait." Il se tourna vers Catrina. "Aimerais-tu quelque chose à manger ?" Elle secoua la tête. "Deux verres et la bouteille", dit Drizzt. Il regarda le serveur fléchir, mais il s’inclina et partit. Il était parti depuis moins qu'une minute quand il revint avec ce que Drizzt avait demandé. Une petite gorgée du vin et Drizzt sut qu'il valait dix fois ce que Catrina avait déjà gagné ce soir. Il n'y avait aucune mention d'une note.
Catrina but rapidement et Drizzt remplit son verre par deux fois. Elle parla sans interruption de ses tâches dans la maison et de comment sa mère, Maya, et ses autres sœurs s’activaient pour l’entretien de la chapelle et pour préparer leurs offrandes personnelles et leurs rituels de méditation. La rumeur était qu’il y aurait bientôt un choc qui élèverait la Maison Do'Urden d’un rang. Quelques-uns disaient même que cela pouvait venir de la Maison Baenre.
"Sais-tu quelque chose à propos de cela ?" demanda-t-elle alors que Drizzt remplissait son verre pour la troisième fois. Il avait bu seulement la moitié du sien.
"Je suis le maître d'arme de notre maison", dit-il lentement. "S'il doit y avoir une bataille, je serai le premier à le savoir."
"Et bien, est-ce qu'il va y en avoir une ?" demanda-elle. "Je veux dire, avec la Maison Baenre ?»
Drizzt se raidit soudainement comme il regardait vers l'entrée de la maison de jeu. "Oui, je crois qu’il y en aura une."
"Vraiment", elle était étonnée qu’il soit aussi prompt à donner des informations. "Quand ?"
"Beaucoup plus tôt que tu ne le penses", répondit Drizzt. Il souhaita soudain avoir un endroit où il pourrait se cacher. Berg'inyon Baenre venait d’entrer dans l'auberge. Drizzt le regarda avec attention comme il entrait lentement dans la salle principale et vers le bar de devant. Il y avait un léger trouble dans son pas, et à moins que Drizzt lût mal ses dispositifs d'avertissement magiques, Berg'inyon était un peu saoul. Drizzt pouvait sentir le nuage d'ivresse qui entourait son ancien camarade de classe.
Berg'inyon ne regarda pas immédiatement dans la direction de Drizzt, mais les patrons de l'auberge, qui savaient qui il était, étaient étonnés qu’il visite cette section de la ville, et leurs yeux allèrent constamment de lui à l’endroit où se trouvait Drizzt. Berg'inyon s’en aperçut rapidement et sa tête se tourna lentement vers Drizzt. L'ivresse le quitta en une seconde.
Drizzt avait initialement trouvé bizarre que cette version de lui-même traîne ainsi à l'extérieur de la protection de sa maison. Après avoir vu la réception qu’il avait obtenue, il comprenait comment c'était possible. Berg'inyon n'obtenait pas la même réponse. La seule chose qui empêchait des assassins ambitieux de sauter sur le maître d'arme vulnérable de la première maison était qu'ils savaient tous que Drizzt était présent et allait se mesurer à lui.
Drizzt voulut en premier éviter le contact, mais se rendit rapidement compte que ce drow serait une très bonne source d'information. Tandis qu’il s’approchait de la table, Drizzt se détendit et joua la situation comme il pensait devoir le faire. "Bienvenue, Berg'inyon. Cela fait trop longtemps. S'il te plaît, rejoins-nous." Drizzt leva son verre et avala ce qui restait dedans.
Catrina avait fait face à Drizzt avec son dos à l'entrée, mais maintenant elle se retourna pour voir Berg'inyon qui est debout devant eux. Elle commença à marmonner le début d'un sortilège, mais Drizzt attira son attention et secoua faiblement la tête. Tout d’abord, Catrina le regarda confusément, puis se rappela avec qui elle était. Elle serait en sécurité, et en plus d'une nuit dehors, elle allait assister à de l'action entre les deux meilleurs maîtres d'arme de la ville.
"J'aurais dû deviner que tu fréquenterais les prostituées dans un trou comme celui-ci", grogna Berg'inyon, ses mains frémissant sur ses lames.
Une vague de colère brilla sur le visage de Catrina lorsqu’elle entendit l'insulte, mais elle laissa Drizzt la défendre. "Absurdité", dit Drizzt, en s’affalant dans sa chaise et mettant carrément ses pieds sur la table, "c'est un établissement fin, et je ne tolérerai pas d'insultes voilées vers ma belle nièce. Maintenant s'il te plaît, prends une chaise et dis-nous comment vont les choses."
Berg'inyon attaqua. Il ne pouvait pas manquer une telle occasion. Avec Drizzt qui s'appuyait loin de lui, tenant dans la main un verre de vin et l'autre attrapant une bouteille et ses pieds appuyés à portée de bras, il ne voyait pas comment il pourrait échouer. Drizzt vit le mouvement avant même que Berg'inyon ne l’amorce. Il fut étonné par la façon dont il pouvait clairement réfléchir aux choses et comment tout parut arriver lentement. C'était comme s'il pouvait faire une pause, sortir un stylo et un parchemin et réellement décrire le mouvement avec un diagramme.
Berg'inyon tira son arme de droite et frappa aux pieds de Drizzt. La botte gauche écarta brusquement l'arme, frappant la poignée avec l'extérieur du pied. La force du coup redressa l'attaque afin que la pointe de l'épée pointât vers le haut. Le pied droit de Drizzt se tourna alors à 90 degrés et serra la pointe d'acier contre le poignet exposé de Berg'inyon. Le bras entier s’engourdit, et Drizzt fit rapidement tomber son pied gauche et frappa dans le pommeau de l’arme qui était à présent vaguement tenue. L'épée s’échappa facilement et s’envola vers Drizzt qui bondit en avant pour l’attraper.
Berg'inyon dégaina sa deuxième arme et Drizzt devint presque impatient tandis qu’il attendait que le drow l’attaque avec. Drizzt bloqua l'attaque dans la table, fléchissant son bras droit puissant pour enfoncer l'arme de Berg'inyon profondément dans le bois. Le drow dépassé ne put pas libérer son arme sans effort supplémentaire et dut la laisser en place comme Drizzt s’avançait vers lui, le forçant à reculer.
Drizzt reposa ses pieds au sol et se leva, tirant l'épée coincée aussi facilement que si c’était un cure-dent dans un bloc de fromage. Drizzt tenait à présent les deux des armes de Berg'inyon. Il les regarda pendant un moment puis les lança à adversaire désarmé. "S'il te plaît", dit Drizzt, "J'ai promis au propriétaire que je ne combattrais pas ici." Il fit un signe vers la porte.
Le premier instinct de Berg'inyon après avoir retrouvé ses armes était de courir, mais il marcha lentement vers la sortie tout en s'assurant de garder Drizzt en vue. Drizzt se tourna à moitié vers Catrina pour demander qu'elle prenne la bouteille, mais la prêtresse avait déjà glissé le précieux vin dans son manteau.
Une foule s'était déjà rassemblée dehors. Le propriétaire de l'établissement avait perdu beaucoup d'argent à cause de la visite de Drizzt, mais dans les jours prochains, après que le récit de cette rencontre se soit étendu, il ferait dix fois son chiffre normal. Entretenir Drizzt était une malédiction et une bénédiction.
"Qu'est-ce que tu peux bien faire ici maintenant ?" demanda Drizzt une fois qu’ils furent tous les deux dehors et entourés d’un cercle de spectateurs. "Un noble de la première maison n'a pas à traîner dans cette région de la ville."
"Quoi ?" demanda Berg'inyon, une fureur soudaine dans ses yeux. Ses épées se balançaient de long en large devant lui. Drizzt s’imagina que sa colère provenait de la référence évidente du fait que Drizzt était ici comme chez-lui. Sa confusion grandit seulement lorsque Berg'inyon continua. "Tu sais fort bien je ne suis plus noble. Jusqu’où iras-tu pour m’insulter moi et ma maison ?"
La confusion de Drizzt était clairement évidente sur son visage. Berg'inyon l'interpréta mal. "Ne me dis pas tu as porté l'épée si longtemps que tu as oublié cela. Je ne peux pas te permettre de continuer de te moquer de ma maison."
Drizzt quitta Berg'inyon des yeux pendant un moment pour regarder Kazid'hea. Il la portait attachée distinctement derrière son bon cimeterre avec l'emblème Baenre affichée dessus. Drizzt souri comme il leva les yeux, trouvant drôle qu'il soit assez audacieux pour la porter avec l'emblème dehors. "Les derniers mots de Dantrag étaient qu'il n’avait jamais voulu que vous maniiez l'épée", dit Drizzt.
Berg'inyon se fendit. Drizzt bloqua facilement l'attaque avec ses armes, tirant ses cimeterres à la dernière seconde. Il poussa les deux armes de Berg'inyon largement à l’écart et donna un coup de pied entre elles, touchant le drow affaibli dans le visage et le faisant tomber en arrière. Drizzt s’était habitué facilement à ce nouveau type de style de combat dominant. C'était si facile, il devait à peine y investir un petit effort.
Berg'inyon se leva lentement, sachant qu'à tout moment Drizzt pourrait le tuer s'il voulait. Seul comme il l’était, la mort était inévitable. Si c'était Drizzt qui le tuait, il pourrait au moins maintenir son titre comme deuxième meilleur maître de l'arme dans la ville. "Au moins, Dantrag savait se battre", dit Drizzt, déjouant une autre attaque.
À la dernière seconde, Drizzt rengaina une de ses armes, écartant facilement les attaques avec un cimeterre. Berg'inyon n'aimait pas qu’on joue avec lui, mais sentit qu'il était sous-estimé et pressa l'attaque. Drizzt bloqua facilement les attaques, glissant sa main vide à maintes reprises entre l'agitation des lames pour frapper Berg'inyon à coups de poing dans le visage. Son oeil droit se ferma après un coup tranchant, et Drizzt détourna les deux armes de Berg'inyon vers sa gauche et donna un coup de poing magistral du côté où il était aveugle.
Berg'inyon fut projeté à terre. Il se releva et Drizzt le frappa à coups de poing deux fois avant qu'il puisse composer une seule attaque. Le deuxième coup fut donné avec la poignée de l'arme de Drizzt et envoya Berg'inyon voler à quinze pieds. " C’en est assez ", dit Drizzt. Il dit presque, "vous combattez comme une fille", mais se souvint rapidement qu'ici bas c'était un compliment. "Tu es pitoyable. Cours retrouver ta mère et restes là où est ta place."
Berg'inyon se remit lentement sur ses pieds, laissant ses armes giser sur le sol. Du sang coulait de son nez cassé ainsi que de plusieurs autres entailles sur son visage. Il sourit à Drizzt comme il écartait lentement ses bras et se dirigeait vers lui. "Oui, s'il te plaît", dit-il, demi-sarcastique, demi-suppliant, "Envoies-moi rencontrer ma mère. Donnez-moi enfin la paix."
Drizzt fut abasourdi. Est-ce qu'il demandait à être tué ? Voulait-il retrouver sa mère en enfer ? Est-ce que Matrone Baenre était morte ? Drizzt se rappela que Berg'inyon avait dit qu'il n'était plus noble. Il jeta à nouveau un coup d'oeil à Khazid'hea. Tuer Dantrag était impressionnant, mais pas plus que tuer Zaknafein. Ce n'était pas quelque chose de suffisant pour se vanter si prétentieusement. Est-ce qu'il affichait l'emblème Baenre pour une autre raison ? Est-ce qu'il avait tué la matrone Baenre ?
Drizzt poussa doucement la poitrine de Berg'inyon avec un cimeterre tendu, arrêtant l'avancée du drow. Berg'inyon s'appuya contre l'arme, mais cela demanderait plus de pression que cela pour passer à travers sa cotte de mailles magique. Au lieu de fournir cette pression supplémentaire, Drizzt retira soudainement son arme, faisant trébucher Berg'inyon en avant. Drizzt frappa habilement son piwafwi comme il tombait devant lui, et ramassa l'emblème Baenre qu'il avait coupée.
Berg'inyon put sentir la perte de l'emblème magique et se retourna sur le sol, touchant le trou sur son manteau. Drizzt pouvait sentir ses objets magiques qui repoussaient l'emblème. Il la lança aux pieds de Berg'inyon. "Tu ne mérites plus de porter ceci." Drizzt en avait fini pour le moment, après avoir rassemblé trop de questions sans réponse. Il fit signe à Catrina qui était debout devant la foule et elle trotta gaiement devant le Baenre humilié pour suivre son compagnon.
Catrina était enthousiaste de la manière dont Drizzt avait maîtrisé la situation et imaginait à quel point les autres femelles de leur maison seraient jalouses de l’avoir manqué. Drizzt n'écoutait pas. Il avait besoin de réponses et il en avait besoin rapidement. Cette ville avait trop changé depuis qu'il était parti, et il avait le préssentiment qu’il était responsable pour la plupart des changements. Il avait besoin d'informations, mais il ignorait qui il pourrait aller voir. Il essaya de penser à quelqu'un qui pourrait l'aider. Cela ne lui prit pas très longtemps.


Haut
 Consulter le profil  
 
 
 Sujet du message: Re: Le cauchemar devient réalité
MessagePublié: Sam 7 Juin 2008, 19:56 
Hors-ligne

Inscrit le : Lun 7 Avr 2008, 01:43
Messages : 33
Chapitre 3
Confrontations
Quatrième partie


Entreri se trouvait en dehors de la caserne et regardait Drizzt approcher. Il ne pouvait y avoir maintenant aucun doute. C'était Drizzt Do'Urden. Entreri pourrait voir aussi à l'air arrogant du drow que ce n'était pas le Drizzt qu’il connaissait. L'assassin avait déjà deviné ces deux éléments, mais c’était quelque chose qu’il avait voulu voir pour le croire.
Entreri se trouvait seul dans la rue sombre à l'exception de deux chevaux élancés. Drizzt parut sentir que quelque chose clochait et s’arrêta à 50 pieds d'Entreri. "Qui êtes vous ?"
"Je suis Artemis Entreri. Je suis un Manteau Noir."
Drizzt le regarda d'une manière suspecte de haut en bas. "Vous êtes Artemis Entreri? Je m’attendais à quelqu'un de plus grand. Peu importe", Drizzt avança d’une douzaine de pieds, "Vous avez le pouvoir de me renvoyer. Je n'ai pas envie de rester ici une seconde de plus que nécessaire."
"Je souhaite aussi mener notre affaire aussi rapidement que possible. Je n'aime pas plus cet endroit que vous."
La tête de Drizzt s’inclina légèrement de côté. "Affaire? De quoi parlez-vous ? Je ne suis pas ici pour votre affaire. Je suis ici par erreur. Vous allez me renvoyer."
"Ce n'est pas une erreur si vous êtes ici", dit Entreri. "Je vous ai appelé."
Un cimeterre bondit de son fourreau et Drizzt tint la pointe frémissante sous le menton d'Entreri. "Pourquoi m'avez-vous appelé ?" Tous les autres avaient dit que c’était un accident. Plusieurs avaient réclamé la responsabilité pour l’avoir appelé, mais aucun n'avait dit qu'il le voulait jusqu'à cet Artemis.
"Nos déesses l'ont demandé", répondit Entreri.
"Servez-vous Lloth ?" se moqua Drizzt. "Elle ne s'occupe pas des êtres humains et encore moins des mâles. Expliquez-vous ou vous allez perdre votre tête."
Entreri sourit. En d’autres circonstances, lui et ce Drizzt auraient pu être des amis. L'assassin secoua sa tête. Les drow n'avaient pas d'amis. Tout ce qu'ils avaient, c’était des associés qu'ils n'avaient pas encore tués. "Je sers Shar, la déesse de l'obscurité et de la nuit. Nos divinités ne sont pas si dissemblables."
"Lloth ne sert personne et ne s’associe avec personne. Vous ne vous en sortirez pas comme ça, vous ment--"
Cicle fut hors du fourreau d'Entreri encore plus vite que Drizzt avait tiré son cimeterre. Il frappa la lame tendue hors du chemin puis Entreri la tint dans une attitude défensive. "Je n’ai pas à me sortir de quoi que ce soit, drow stupide. Si besoin est, je combattrai, mais je préfèrerais m’en abstenir. Ma déesse m'a chargé d’une mission, et je ne peux pas être blâmé si la vôtre n'a pas senti le besoin de vous laisser savoir ce qui se passait."
Drizzt tira son autre arme et se tint prêt pour une attaque, mais il fit une pause en regardant la lame de gel d'Entreri. Drizzt savait reconnaître un adversaire habile quand il en voyait un, il relâcha sa un peu position. "Très bien, parlez-moi de cette tâche pour laquelle vous m'avez appelé."
"Le temps des troubles était un temps effrayant pour les dieux", commença Entreri. "Quand et comment leurs pouvoirs leur seraient rendus était plus qu’incertain. Quelques-uns ont vu le besoin de cacher les secrets de leur pouvoir au cas où les choses se seraient passées différemment de ce qu'elles furent. Shar et Lloth ne sont pas alliées, comme vous l’avez signalé, mais c'étaient des temps désespérés. Elles ont transféré de leur pouvoir dans un réceptacle magique et l'ont caché dans la chaîne de montagnes à jour de voyage d'ici. Shar est aussi la déesse de l’oubli, et elle a senti qu’il était abandonné par tout le monde sauf elle.
"Quand le temps des troubles fut fini, elles ont vu qu’elles avaient été sages, mais laissèrent le réceptacle en place si le besoin devait se faire sentir dans le futur. Il n'est pas resté caché. Une secte de moines dans les montagnes l'a découvert et si ils devaient décrypter les secrets du pouvoir de nos déesses, les choses pourrait devenir fâcheuses."
Drizzt rit. "Lloth n'a rien à craindre de quelques humains. Votre déesse est peut-être faible, mais la mienne ne l'est pas."
"Lloth est puissante en effet", consentit Entreri, "mais pas plus que toute autre divinité dans les royaumes. Et si ces moines devaient donner la connaissance de ce ils ont découvert à un prêtre de Selune, ou de Corellon Larethian…"
Drizzt calma sa colère, comprenant l’explication de l’humain. "Quelle garantie ai-je que vous dites la vérité ?"
"Comment aurais-je su que je devais vous appeler vous ?" répondit Entreri. "Shar a demandé que son plus grand guerrier et le plus grand guerrier de Lloth retrouvent ce réceptacle et le détruisent. Après cela, elle a promis de m'accorder le pouvoir de vous renvoyer. Quand je me suis renseigné sur qui était le plus grand guerrier parmi les sujets de Lloth, Drizzt Do'Urden maître d'arme de la sixième maison de Menzoberranzan était le nom qui vint tout en haut."
"Vous êtes le plus puissant des partisans de Shar ?"
Entreri tira son poignard pour accompagner sa lame de gel. "Aimeriez-vous le vérifiez ?"
Drizzt pourrait le tuer, mais si cet être humain disait la vérité, alors le seul chemin qu'il avait pour rentrer chez lui était qu’il remplisse cette mission. Et si Lloth avait vraiment ordonné cette tâche, il serait fou d'aller contre elle. Qu'il ne le sache pas avait un sens. Il n'avait jamais parlé à Lloth, et ses soeurs le détestaient. Drizzt sourit et rengaina ses armes. Il fit encore une pause avec ses mains sur ses poignées. "Si que vous dites est vrai, pourquoi est-ce que vous m'avez appelé dans ce corps? Mon vrai moi est beaucoup plus fort et a de meilleures armes. "
Entreri réfléchit pendant un moment. "Vos autres équipements étaient de facture drow. Ils ne garderaient pas leur force magique sous la lumière du soleil. J'espère que les lames que j'ai obtenues pour vous sont adéquates. De même que pour le corps, j'avais besoin de quelque chose qui serait capable d'opérer à lumière du jour. Je suis sûr que vous avez déjà remarqué que vos yeux ne sont pas aussi sensible qu'ils devraient l’être."
Drizzt fit un signe de tête à cette explication. "Ils sont appropriés. Revenons sur cette mission avant que ma présence chez moi manque trop."
"Il m'a été promis que je serai capable de vous renvoyer au moment exact où vous êtes partis, donc vous n’aurez rien manqué."
Drizzt sourit en se souvenant de l’endroit où il était quand il avait été transporté. "Ce sera plaisant." Il fit signe aux deux chevaux. "Nous allons voyager avec ça ?"
Entreri fit un signe de la tête. "Ils sont plus faciles à contrôler que vos lézards de monte, là-bas à Menzoberranzan", expliqua-il a, sachant que Drizzt n'avait jamais vraisemblablement fait de cheval avant, "et ils vont beaucoup plus vite."
La connaissance expansive d'Entreri sur la vie de Drizzt suffit pour assurer au drow que cet homme était bien ce qu’il prétendait être. Drizzt s’avança vers le cheval le plus proche et examina la selle. Il n'avait pas les mêmes instincts de garde forestier que son autre version, et le cheval hennit sous son toucher froid. Drizzt attrapa sa monture avec ses deux mains, et Entreri fut prêt.
Son histoire était entièrement destinée à mettre Drizzt en confiance, mais l'assassin n’avait pas encore senti le moyen de l'attaquer confortablement, en sachant qu'un Drizzt qui avait vécu en Ombreterre toute sa vie n'était jamais vraiment à l'aise ou confiant. Ce fut seulement quand les mains de Drizzt furent cramponnées solidement à la selle et maîtrise qu'Entreri sentit l’occasion de l’attaquer favorable.
Il s'approcha rapidement et enfonça violement son poignard dans le dos du drow. La côte de maille en mithril que Drizzt portait était bonne, mais elle ne pouvait pas résister à une telle attaque directe et puissante de l'arme magique. Le courant d'énergie dans le bras d'Entreri fut fantastique comme Drizzt se vidait de ses forces dans la douleur, hurlant un douzaine de malédictions. Il fila loin de l'attaque, forçant Entreri enlever le poignard ou à le laisser en place. Entreri garda son arme.
Tandis qu’il s’éloignait, Drizzt tira Etincelle et eu l'intention de couper la tête d'Entreri, mais l'assassin se laissa tomber accroupi et utilisa Cycle pour embrocher le drow qui s'avançait. Drizzt bascula en arrière sous l'attaque, et cette fois Entreri laissa l’arme en place. Il écouta le son familier de la lame da gel au travail comme Drizzt haletait désespérément pour retrouver son souffle. Avec Etincelle encore dans sa main droite, il arracha Cycle de sa main gauche avec soin, grognant comme il tirait des morceaux de chair gelée collés à la lame.
Entreri bondit en avant avec sa dague en main, faisant rapidement sauter la lame de gel de la main du drow avant que Drizzt puisse l'utiliser dans une attaque. Son poignard essaya de trouver une ouverture sur le côté droit de Drizzt, mais le maître d'arme opéra d’instinct, usant de son cimeterre bleu pour tenir éloigné le poignard suceur de vie. Il avait également reconnu ce dard comme étant magique.
Entreri pressa son attaque, mais Drizzt bougea ses pieds incroyablement, reculant plus vite qu'Entreri pouvait courir en avant. Drizzt laissa seulement un cimeterre dehors, utilisant sa main gauche pour appuyer sur sa blessure. "Quelle ruse est-ce là ?" gémit-il.
Entreri attendit, incertain de savoir comment Drizzt avait pu se remettre si rapidement d'une blessure si dévastatrice. " Stupide drow. Je t’ai appelé ici pour voir si tu étais vraiment aussi fort que tout le monde le dit. Je devine qu'ils avaient tort. Tu es aussi pitoyable que tout autre crétin."
Drizzt voulut crier pour se défendre mais il se sentit trop faible pour former des mots. Entreri profita de cette occasion pour avancer encore, aussi confiant que jamais. Une fois de plus, ses lames frappèrent seulement de l’air, Drizzt évitant l'attaque habilement d’un pas sur le côté et de se repositionnant rapidement.
"Ce n'est pas fini", grogna Drizzt.
"Oh, je pense que c'est - " mais Drizzt se retourna et courut. Entreri commença à le prendre en chasse, mais le drow était déjà caché dans les ombres. "Comment ?" se demanda Entreri. Alors il se souvint des bracelets. Il avait regardé Drizzt les prendre du corps de Dantrag, mais la seule fois où ils avaient combattu depuis lors avait été dans la tour de cristal de Jarlaxle, quand toutes les magies avaient été enlevées.
"Je croyais que vous aviez dit que vous alliez le tuer." Entreri se retourna rapidement vers la voix familière. C'était John. Il s'avança vers l'assassin depuis la porte sombre où il avait tout observé. "Tout ce que vous avez fait, c’est le rendre furieux."
Entreri ne dit rien. Il se retourna et ramassa sa lame de gel. Il rangea ses armes et essaya de réfléchir à ce qu'il allait faire maintenant.
"De plus, je ne pense pas que c'était très honorable de le poignarder dans le dos. Si vous êtes un si grand combattant, vous auriez dû être capable de lui résister."
"Ce n'est pas un jeu", dit Entreri. "La seule règle est rester vivant."
"Le Code de l'Assassin numéro huit ?" demanda John.
"Sept", corrigea Entreri. "Le huit dit que le vainqueur est le dernier à rester debout."
"Est-ce que ce sera vous ?"
Entreri dirigea un regard sérieux sur le capitaine. "C'est mieux. C'est mieux pour la sécurité de cette ville."


Dernière édition par Dr Brains le Sam 7 Juin 2008, 23:40, édité 1 fois au total.

Haut
 Consulter le profil  
 
 
 Sujet du message: Re: Le cauchemar devient réalité
MessagePublié: Sam 7 Juin 2008, 19:57 
Hors-ligne

Inscrit le : Lun 7 Avr 2008, 01:43
Messages : 33
Chapitre 3
Confrontations

Cinquième partie


Drizzt traversa les rues de la ville peu familière aussi rapidement qu'il pouvait. Il pouvait sentir la blessure dans sa poitrine qui fondait rapidement, et il savait que dès que cela serait fait, il saignerait à mort en quelques minutes. Il ne voyait qu’un endroit où il pourrait trouver ce dont il avait besoin.
Le magasin magique était maintenant recouvert de planches, mais le conseil de la ville n'avait pas encore décidé quoi faire de ce qu’il contenait. Drizzt se faufila facilement à l’intérieur et fouilla les étagères à la recherche de quelque chose d’utile. Formé comme un guerrier, il avait passé une courte période à Sorcere, l'école pour mages drows où tous les étudiants de Melee-Magthere devaient étudier pendant six mois. Il avait appris tout ce qu’il pouvait au sujet des faiblesses d'un mage et sur la façon de les battre avec des armes standard. Il avait aussi appris ce qu'il pouvait sur la façon guérir et sur les onguents et les potions reconstituants. Il avait rarement été blessé dans une bataille, mais à cet instant il était heureux d’avoir passé du temps à apprendre.
Cinq minutes après être entré dans le magasin et juste lorsque sa blessure commença à suinter, il avala un mélange confectionné précipitamment. Il avait un goût horrible, mais Drizzt put immédiatement le sentir oeuvrer. Alors que le froid physique quittait son corps, il pouvait sentir le froid magique entrer dans sa blessure pendant qu'elle guérissait. Il chercha quelques baumes et onguents en plus pour le coup de couteau dans son dos, et après un moment, il se sentit à nouveau vigoureux. Il ne se sentait pas assez fort pour affronter quelqu’un d’aussi rusé qu'Entreri, mais il serait prêt dans un jour. Il n'avait jamais perdu auparavant, et il n'aimait pas cela.


Haut
 Consulter le profil  
 
Afficher les messages précédents :  Classer par  
 
Rédiger un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 17 messages ]  Aller à la page Précédent  1, 2

Heures au format UTC + 1 heure  


 

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité

 

Vous ne pouvez pas publier de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas insérer des pièces jointes dans ce forum

Rechercher pour:
cron
Powered by phpBB © 2000, 2002, 2005, 2007 phpBB Group
Translated by GeeksOnline © 2007 GeeksOnline
Thème 3myl_castel réalisé par SGo
Valid XHTML 1.0 Strict
[ Time : 0.074s | 14 Queries | GZIP : On | Memory Usage: 4.99 Mo | Explain ]